Albator
 
  LA SERIE
LES OBJETS DERIVES
LES SECRETS
NOTES
NOS ANALYSES
TOUTES LES ACTUS DE LA SERIE
Surprise 1 l Surprise 2 l Surprise 3
     
     
 

NOS ANALYSES

 
  Notes personnelles - L'atmosphère de la série - Les musiques françaises - La fin de la série - L'identité de la série
L'identité de chaque épisode
 
     
     
     
 

Notes personnelles

   
 

Souvenirs d'adolescent
Que dire de la série si ce n’est qu’elle a, comme moi, bercé des générations d’adolescents à travers le monde, et tout particulièrement en France, où elle reçut un accueil extraordinaire. Je me souviens encore regarder les épisodes à la dérobée - la série passait vers 18 heures sur A2 chaque lundi soir -, perché en haut des escaliers, chez mes parents. Je devais faire mes devoirs, mais mon petit frère avait le droit de regarder la télé. Moi, je ne voulais pas rater les épisodes, alors je grugeais ! Bon, cela ne m'a pas fait grand tort et je dirais même que le fait de devoir regarder la série sans être vu (de mes parents !) était un challenge plutôt excitant - eh oui, on se contente de se qu'on peut, à cet âge ingrat de l'adolescence !

Regard d'adulte
Retrouver la série aujourd'hui est une expérience unique. Redevenir un enfant et se retrouver à l'âge que l'on avait lorsqu'elle passait à la télé. Mais aussi et surtout pouvoir la regarder avec des yeux d'adulte. C'est là que l'on comprend l'extraordinaire travail réalisé par la Tôei, le fantastique graphisme, la profondeur de l'histoire, la qualité des dialogues, les trouvailles pour les noms de vaisseaux, d'objets, de personnages !

Images véhiculées par la série
Même si l’on peut toujours trouver des tas de messages "cachés" au sein des dessins animés - c’est tout de même beaucoup moins le cas pour les DA actuels ! - il faut bien reconnaître que les séries "Albator" (et par là, l'œuvre de Matsumoto) véhiculent une pléthore d’images, de sentiments et de relations entre les hommes (et leur entourage) qui sont pour le moins intéressants. L’honneur quasi-chevalier d’Albator et la sincérité de ses sentiments sont énormément mis en avant dans les deux premières séries. D'autres idées très fortes telles que l'amitié, la gentillesse et la tolérance se détachent également des épisodes. Qu'il faut oublier la vengeance, que la guerre n'est pas la solution pour régler les conflits entre les peuples ! Cependant si cette dernière doit absolument avoir lieu, il faut se battre pour ses convictions et aller jusqu'au bout afin de vaincre le mal.

 
     
 
 
  L'atmosphère de la série  
 

L'atmosphère générale de la série
L’atmosphère de la série est particulière. Elle est incontestablement noire (par la guerre, la destruction), mais n’est pas effrayante. Les recherches en matière de navigation navale furent très poussées afin d'intégrer des éléments de bateau à un vaisseau spatial du futur. Ces éléments ajoutent à l'atmosphère déjà bien spécifique de la série, un environnement de pirate, de corsaire mais au 31ème siècle et dans l'espace. Aucune autre série n'a ce charisme. Le doublage Français de la série fait aussi pour beaucoup dans la réussite de cette atmosphère. Les traductions et les recherches en matière de nom pour les vaisseaux, pour les objets sont exceptionnelles, comme elles le furent pour Flam ou Goldorak. Les dialogues sont très bons et très recherchés. Les musiques d'accompagnement mais aussi la harpe de Clio et l'ocarina de Stellie furent également importants dans la création de l'atmosphère de la série.

La sirène de l'Atlantis
Elle est inoubliable. elle se déclenche assez souvent dans la série, en principe dès que les Sylvidres attaquent. Elle fait beaucoup pour l'ambiance de la série.

La musique d’ambiance de l’Atlantis
Tout comme la sirène, la petite musique (que font les ordinateurs et le roulis du navire) qui est systématiquement jouée lors des prises de vues dans le vaisseau devient incontournable. Elle ajoute un sentiment de sécurité à bord de l'invincible Atlantis.

 




 
 
  Les musiques françaises  


 

Le disque "Albator, le corsaire de l'espace"
Pendant l’été 78, Eric Charden compose la musique pour un dessin animé qui s’appelle Captain Harlock. Le nom d’Albator est trouvé par Eric Charden. Il ne peut concevoir que l'on donne le nom de Captain Harlock à un héros en Français. Cela ne sonne pas bien, et puis d'ailleurs, cela ressemble trop au capitaine Haddock de Tintin ! Eric Charden avait un copain qui s’appelait Palator et qui avait le surnom d’albatros. Albator est la combinaison d’Albatros et de Palator ! Guy Matéoni et Eric Charden ont tout fait sur le disque cet été-là, car ils n’étaient que tous les deux à ce moment-là dans Paris. Eric Charden ayant fait vocalement 10 voix différentes afin de réaliser les cœurs du générique de la série.

Le disque "Captain au cœur d'or" en 2000
En 1999, Eric Charden est contacté par AK Vidéo pour composer la nouvelle chanson qui figurera dans les 3 derniers épisodes de la série et qui sortira en CD single en 2000. Eric Charden a bien compris l'esprit de la série. On retrouve au travers de la nouvelle chanson tout ce qui fait la magie du 1er générique. Il semble même qu'il l'ait écrit tout spécialement à l'attention des enfants que nous étions, pour la Génération Albator que nous sommes (et fiers d'être), ... Les enfants suivront ta trace, et dans les années qui passent, on gardera de toi, une image, un trésor, d’un Captain au cœur d’or...
N'est ce pas là exactement ce que chacun d'entre nous ressent plus de 20 ans après ?

Les autres musiques Françaises de la série en album CD
Les autres musiques Françaises de la série ont également été écrites par Eric Charden, Guy Matéoni, Didier Barbelivien et Caravelli. Elles sont d'une grande qualité et font beaucoup pour l'atmosphère de la série. Les retrouver sur cet album nous permet de replonger entièrement dans la série, sans aucune retenue ! L'effet Nostalgie qui ne peut d'ailleurs fonctionner que pour les fans de l'époque les ravira entièrement !
Bonne écoute.

 
 
   
 

 
  La fin de la série  





 

Les 3 derniers épisodes
Tout d’abord, les 3 derniers épisodes étaient inédits en France à la télévision, car ils furent jugés trop violents dans les années 80 pour la télévision de l'époque! Ils ont donc été doublés pour la sortie en coffrets vidéos de la série en 1999. De ce fait, les voix des personnages ne sont pas les mêmes que dans les autres épisodes, les musiques non plus. Seul Richard Darbois qui "est" la voix d'Albator a doublé les épisodes 40, 41 et 42, en 99. Cependant, en 20 ans, sa voix a changé, ce qui explique une certaine différence dans les intonations. Même si le plaisir est légèrement "gâché" par le doublage qui n'est pas d'origine, la joie de découvrir enfin les derniers épisodes de cette série mythique est néanmoins sans précédent. Merci AK-Vidéo! Il y a aussi la chanson "Captain au cœur d'or" toujours interprétée par Eric Charden. Il a écrit cette musique tout spécialement pour la sortie en vidéo de la série.

La fin de la série
Cela dit, il faut bien ajouter ceci: les 3 derniers épisodes sont tout simplement fantastiques. Le combat entre Albator et la reine Sylvidra est extraordinaire. Il y a une agilité dans les combats, une souplesse dans le mouvement qui laissent sans voix. C’est du grand art Japonais, il n’y a rien à redire. La fin de la série surprend beaucoup, car au 41ème épisode on pense que la Terre est sauvée et sera épargnée de la destruction, mais il n'en est rien. La Terre détruite pour reconstruire une nouvelle planète! L'idée n'est pas très étonnante! Hiroshima et Nagasaki se retrouvent tout à fait au travers de cette vision apocalyptique de fin du monde. L'optimisme et la fierté humaine sont également présents dans le dernier épisode et sont très bien résumés en 3 phrases dites par des adultes à Stellie et Albator à Ramis:
- "Tu dois aller replanter des fleurs dans la ville en cendres... et apprendre à jouer avec les papillons et les oiseaux !". (Albator à Stellie)
- "Les gens sont très forts, tu sais! On peut tout détruire, ils reconstruisent toujours". (Ramis à Stellie)
- "Ramis, écris l'histoire à venir, écrivez votre histoire !" (Albator à Ramis)

Albator commente la fin de la bataille et de la série :
"...la reine Sylvidra ne pouvait pas comprendre comment, une nouvelle fois, ses troupes avaient été vaincues par ces petits Terriens. Comment ses armées, autrefois toutes puissantes avaient été systématiquement détruites... Je ne pouvais pas non plus croire que nous avions défait l'armada des Sylvidres. Une question me hantait. Pourquoi avions nous vaincu Sylvidra ? Et aucune réponse ne m'apparaissait, sans doute la force de notre volonté. Mais aurait-elle pu, à elle seule faire la différence sans ce lien puissant qui nous unissait tous ? Les troupes de Sylvidra nous dépassaient en nombre, mais ses soldats ne se battaient que pour servir l'ambition démesurée de leur reine" !

Au revoir Corsaire de l'espace...

 




 
 
  L'identité de la série  
 

La synthèse de tous les épisodes: COURAGE, DETERMINATION et LIBERTE.

La synthèse de la série se base sur celle de chaque épisode qui peut être lue en-dessous de cette rubrique...

La première caractéristique que l’on retrouve le plus souvent dans la série est le COURAGE. Cet élément revient sans cesse tout au long des épisodes. Et c’est normal, c’est le trait de caractère le plus fréquent parmi les membres de l’Atlantis. Ensuite, à égalité, et sans trop de surprise, se placent la LIBERTE et la DETERMINATION. Là encore, ces traits sont tout à fait normaux à cette place du podium. Car il faut des deux pour avancer avec Albator.

Viennent ensuite, et uniquement du côté des membres de l’Atlantis, le RESPECT et la BONTE. Ces traits se retrouvent beaucoup et assez souvent tout au long des épisodes. Egalement, mais cette fois-ci, du côté Sylvidre, c’est la FOURBERIE qui prévaut. En effet, on se rend compte que ces êtres n’ont pas beaucoup d’estime pour elles-mêmes, moins encore des humains ! On trouve néanmoins cette caractéristique chez quelques humains, notamment Vilak et le premier ministre, d’assez abjectes personnages.

Nous trouvons après cela, l’AMITIE. Elle est assez forte parmi les membres de l’équipage du vaisseau de notre corsaire. Mais on découvre également la VENGEANCE qui revient de temps en temps et ce, jusque dans les derniers épisodes. Du côté Sylvidre, c’est la TRAHISON qui remporte cette place.

L’AMOUR, la FAMILLE, la NOSTALGIE mais également la FAINEANTISE sont des traits qui reviennent ensuite de temps à autre. Moins fréquents que ceux déjà cités, ils sont tout de même assez marqués.

Le CHANTAGE, la CONFIANCE, l’EGALITE DES SEXES, l’HONNEUR, la LOYAUTE, la MAGNANIMITE, la NAIVETE, la PROTECTION, la REBELLION et le SACRIFICE sont aussi quelquefois évoqués dans les épisodes.

Ensuite, et pour terminer, pêle-mêle, voici les derniers éléments dont nous parle la série. Ils sont moins souvent dans le feu de l’action mais reviennent également indéfectiblement ; l’affection, l’accusation, l’audace, la clairvoyance, la compassion, la complicité, la crédulité et la décadence, l’humilité et l’indifférence, Dieu, la méchanceté et la sagesse, la séduction et la stupidité, la ténacité et la tendresse ou bien encore la tolérance et la tradition.

Bien sûr, cette liste ne se veut pas exhaustive (ce serait beaucoup trop étroit comme réflexion) et sans doute y avez-vous vu vous-mêmes beaucoup d’autres éléments très précieux de traits de caractère….

Ainsi, la série évoque-t-elle, et sans réelle équivoque les facettes de l’homme dans toute sa splendeur mais aussi toute sa vilenie. Les bons comme les plus sombres côtés de nos êtres sont alors affichés sans détour aucun. La série fait réfléchir et c’est bien là son but. Elle parle de ce que l’on fait de la planète dès le premier épisode, particulièrement d’actualité depuis quelques années mais terriblement en avance dans les années 70, vous en conviendrez ! Elle évoque l’égalité entre les êtres, notre facilité à rejeter les gens et à profiter d’eux au moindre instant. Elle parle de guerre, de morts, de violence. Mais elle nous offre également l’espoir de devenir meilleur en nous donnant l’image du monde que nous pourrions avoir si nous le voulions vraiment avec l’amitié, l’amour, le respect, et le courage, premier trait de caractère de la série.

En tout cas, merci Leiji Matsumoto pour cette série et vos idées de génie, bien en avance sur votre temps !

Merci Albator de nous rendre chaque jour, un peu meilleur…

 
     
     
  L'identité de chaque épisode  





 

1 - Le pavillon noir : Protection, respect et décadence
Leiji Matsumoto, au travers du premier épisode, qui explique la décadence du monde et des humains, nous propose la vision d'une Terre fort abîmée où se côtoient des images très fortes de pollution dans le ciel et sur le sol, de mers disparues, de végétation peu présente et de gens plus ou moins réduits à l'état de légumes! Prendre soin du futur de nos enfants et de notre planète semblent donc être les premières leçons de l'épisode. Une autre valeur sure pour commencer la série: toujours respecter ses promesses! L'épisode montre aussi [au travers de l'arrestation d'Albator pour des crimes non commis] que les gens sont toujours effrayés de ce qu'ils ne connaissent pas, et qu'il est grandement plus aisé de repousser des choses dont on ignore tout [se faire des ennemis] que de chercher à découvrir ces nouvelles choses [découvrir de nouveaux amis]. En ce qui concerne la population, Leiji Matsumoto pointe déjà du doigt la télévision en utilisant un excellent terme [en tout cas, fort bien traduit en Français] l'abêtisseur mondiovisuel! Il prévient et dénonce son abus et son pouvoir médiatique très puissant [on peut tout faire passer à la télévision, et plus encore sur une population faible d'esprit]. Pour les relations entre les hommes, Albator montre le chemin. Il veut absolument voir Stellie quoiqu'il lui en coûte et même si il risque sa vie en voyant la petite afin de lui fêter son anniversaire! "Il n'est pas homme à renier sa parole", dit Clio, "fut-ce au péril de sa vie!".

2 - L'escadrille du néant : Loyauté, protection et méchanceté
Dans cet épisode, 3 grandes directions sont traitées. La première étant la loyauté et ce à deux reprises. La loyauté de Stellie envers son tuteur qu'est Albator! Elle préfère faire des travaux forcés, comme laver le sol de la chapelle plutôt que de faire venir Albator car elle sait que Vilak veut le tuer. Albator le lui rend d'ailleurs bien! Il demande à Stellie de rester sur Terre lorsqu'elle le supplie de l'emmener avec lui à bord de l'Atlantis! Albator en a fait le serment à son père et sera loyal envers lui et sa fille! La protection est la seconde des valeurs véhiculées dans cet épisode. Albator est traumatisé à l'idée que la sphère noire qui menace la Terre, s'écrase sans qu'il ne puisse rien y faire, [J'ai fait le serment de protéger les enfants pour qu'ils puissent devenir des hommes libres!]. La troisième des directions prises dans l'épisode est la méchanceté de certains personnages [adultes et enfants] envers Stellie. Leiji nous propose sans doute au travers des affrontements entre les grands et les petits garnements et Stellie de tenter de devenir plus aimables les uns envers les autres! mais ne sait il pas que nous ne sommes qu'humains après tous?

3 - Les torches embrasées: Fainéantise, vengeance et égalité des sexes
Le troisième épisode traite de 2 thèmes qui reviendront beaucoup dans la série [enfin, surtout dans les premiers épisodes]: la fainéantise des humains et le sentiment de vengeance que Ramis [par exemple] ne cessera de véhiculer au début de l'histoire. Les Terriens, qu'Albator surnomme les Rois fainéants, sont énormément critiqués au travers du Premier Ministre notamment, qui ne pense qu'au golf, et se fiche de tous les problèmes qu'il devrait pourtant gérer, telle que la sphère noire qui s'est écrasée sur Terre. La vengeance est le second des messages que souhaite faire passer Leiji Matsumoto, et ce, en la personne de Ramis, qui commence dans cet épisode à haïr les Sylvidres et veut les faire payer un cher tribut pour l'assassinat de son père! La troisième des images véhiculées est le parti prit indiscutable de Leiji Matsumoto pour l'égalité des sexes! "Bien que ce soit une femelle, elle est officier supérieur à bord de l'Atlantis", telle est la façon dont le robot de l'Atlantis présente Nausica à Ramis. Albator n'est pas homme à regarder si un être capable de réaliser des choses extraordinaires est un homme ou une femme. Peu importe. Leiji Matsumoto nous montre que les femmes [très importantes dans ses séries] sont l'égal de l'homme et vous m'en voyez fort ravi! On peut cependant regretter le terme employé "femelle", qui utilisé dans la langue de Shakespeare par exemple, n'est pas péjoratif. Cependant, en Français, c'est tout de même un peu limite! On aurait préféré le terme de "femme". Peut-être fut-il utilisé pour justement accentuer l'effet!

4 - Sous la bannière de la liberté: Liberté, liberté et liberté
Le quatrième épisode de la série ne met en scène qu'une seule et même valeur: la liberté. Celle de se battre pour ses convictions, les siennes uniquement, et ne jamais accepter d'une manière que ce soit, la domination d'autrui! Elle est présente bien sur avec le jeune Ramis qui doit choisir de rallier l'Atlantis ou pas. Albator lui propose de venir s'unir à son équipage et à lui même qui ne se bat que pour ce qu'il a au fond du cœur! Se battre pour ne pas accepter que la Terre soit assujettie, la délivrer de l'étreinte de léthargie qui l'opprime, et la faire renaître grâce aux enfants. La liberté, c'est aussi choisir de vivre ailleurs, autrement, et ne plus accepter le système mis en place [même si ce dernier est contrôlé par le gouvernement!]. Si telle est sa pensée de croire que ceux qui font la loi la font mal, et sont corrompus, alors il faut changer les choses, ou bien changer soi-même! Brûler le drapeau qui flotte sur la ville est bien sur très symbolique. C'est le refus catégorique des choses qui existent. C'est une façon très abrupte et sans retour de dire que ce qui prévaut dans le monde n'est pas le bon chemin et que l'on ne peut plus y adhérer! La liberté, c'est encore vivre sa vie comme on l'entend soi-même et ne jamais laisser personne dicter sa direction. Ramis le découvre dans l'Atlantis, avec les membres d'équipage qui font ce qu'ils souhaitent de leur temps libre. La liberté, la plus belle chose de l'existence?

5 - Le baptême du néant: Fourberie, lâcheté et indifférence
Le cinquième épisode de la série parle de 3 éléments qui caractérisent, selon Matsumoto les humains du 31ème siècle [mais à y voir une critique de notre société du 21ème siècle, il n'y a qu'un pas bien sur, que votre webmaster n'hésite absolument pas à franchir!], à savoir la fourberie, la lâcheté & l'indifférence. Fourberie lorsque Vilak fait placer une arme dans une innocente poupée afin de tuer Albator! Bien que Vilak ne soit pas lâche [c'est bien le seul des humains!], il est cependant fourbe, cette action le prouve bien! Cet épisode nous vaut par ailleurs une très belle phrase mythique prononcée par Vilak: "La mort d'Albator devra se produire juste avant l'aube, quand les anges rêvent dans le silence de la nuit!". Superbe! Lâcheté, lorsque Vilak s'en prend à l'oiseau de Stellie qu'il fait abattre par son faucon. S'en prendre aux enfants est la forme de méchanceté, de lâcheté et fourberie la plus grande de la part des adultes! Faut-il y voir [décidemment, l'épisode est plein de sous-entendus ou bien serait-ce votre webmaster qui fabule?] une approche de Matsumoto pour condamner ce que l'on fait subir aux enfants de nos jours, comme le travail dans les pays sous-développés, la prostitution enfantine, la pédophilie... Indifférence lorsque les humains laissent la catastrophe de Triton se produire, et tuent ainsi la mère de Ramis! L'indifférence de notre race à voir ses semblables mourir et s'entretuer! Un épisode qui fait beaucoup réfléchir sur notre monde en général et ses fautes, ses pêchés et ses exactions en particulier!

6 - Le repaire: Vengeance, amitié et complicité
Cet épisode est assez intéressant, car l'on y voit beaucoup de faits pour la 1ère fois. On peut en effet apercevoir l'Atlantis atterrir comme un avion, sur des roulettes lorsqu'il se pose sur le repère de la vache grasse! On découvre Sylvidra qui fait là sa première apparition! Egalement, Clio raconte comment Albator l'a rencontré sur sa planète natale, alors qu'elle était la seule survivante, et qu'il l'a emporté [sauvé] loin de cet enfer. Du côté des sentiments et des valeurs qui nous intéressent ici, on peut voir tout d'abord par 2 fois la vengeance qui hante le jeune Ramis et qui ne pense qu'à châtier les responsables de la mort de son père. Il le montre lorsqu'il revient du combat avec Albator car il se dit prêt à affronter les Sylvidres, ainsi que lorsqu'il tire sur Sylvidra pensant [bien innocemment] qu'il peut l'atteindre! L'amitié et la complicité sont deux sentiments que l'on retrouve beaucoup dans cet épisode. On distingue la complicité qui commence à naître entre Albator et Ramis à leur retour de combat! Elle se manifeste par un sourire sur le visage des deux hommes, sourire l'un envers l'autre! L'amitié se retrouve comme un face à face entre deux femmes, Stellie et Clio, et les sentiments qu'Albator porte à ces deux êtres. Deux amitiés, deux amours? On peut par moment distinguer une toute "petite" jalousie se détacher de Clio envers Stellie. Cependant, Clio étant certainement la femme idéale pour Leiji Matsumoto [????], il est difficilement concevable que cela soit vraiment ce sentiment-là qui habite la jeune femme! En fait, ce dont redoute Clio, c'est peut-être plus la sécurité d'Albator qui se trouve en danger par les visites qu'il rend à Stellie.

7 - Le tombeau englouti: Fainéantise, vengeance et respect
L'épisode 7, comme beaucoup de ses frères, traite de sujets fort récurrents de la série. On y trouve donc la fainéantise, la vengeance et le respect. La fainéantise des humains est sans cesse remise sur le tapis, et surtout bien sur au travers du premier ministre, qui refuse d'attaquer Albator lorsque Vilak le lui demande! La vengeance de Ramis est aussi encore de la partie, jusqu'à ce que ce dernier, au travers d'Albator, finisse par maîtriser ce sentiment de haine [dans un épisode ultérieur]! Le respect est une valeur très Matsumoto. On le retrouve lorsque Ramis souhaite détruire la Sylvidre qui repose au centre de la pyramide sous-marine! Nous avons droit à un laïus fort long de la part d'Albator qui semble vénérer aussi bien la vie que la mort dans n'importe quel contexte que ce soit! Il ne peut tolérer que l'on trouble la paix dans laquelle cet être repose et cela, peu importe qu'il soit d'une autre galaxie, ou bien de celle-ci. Il y a des choses auxquels on ne touche pas! L'explication des disparitions et des naufrages des bâtiments marins dans le Triangle des Bermudes trouve ici sa solution. Matsumoto n'y va pas par quatre chemins et impose sa vision des choses en suggérant qu'il s'agit là de phénomènes extra-terrestres et que les Sylvidres en sont les responsables! Pourquoi pas, et vous, vous y croyez aux extra-terrestres!

8 - L'armada royale: Vengeance, tendresse et respect
Cet épisode reprend quelques grandes idées chères à Matsumoto! Tout d'abord la vengeance, [presque pour la dernière fois] qui anime encore et toujours Ramis. Il va d'ailleurs le payer fort chèrement. En effet, il retombe en enfance à la suite du choc qu'il a reçu en poursuivant la Sylvidre qu'Albator avait libéré. Il comprend et annonce enfin à la conclusion de l'épisode qu'il va chasser de son esprit ses pensées sombres qui le hantent! Faut-il voir dans ces récurrences consacrées à la vengeance une "haine" farouche de Matsumoto à l'encontre de ce désagréable aspect de l'être humain! Cela se pourrait bien! La tendresse d'Albator envers Stellie [et que ne comprendra également Ramis qu'à la fin de l'épisode], sentiment "mélangé\couplé" au profond engagement d'Albator envers le papa de Stellie, qui respecte les promesses qu'il a fait à son vieil ami. Et pour finir avec cet épisode, le respect de la vie et de la mort sont encore à l'honneur. Albator libère une Sylvidre capturée. Il estime qu'elle a le droit de choisir l'endroit de sa mort! Il fera comprendre à Ramis [qui a décidément beaucoup grandi dans cet épisode!] pourquoi il est si magnanime envers les autres!

9 - Les humanoïdes végétales: Respect, détermination et courage
Toutes les valeurs de cet épisode sont véhiculées dans les premiers instants, et le sont toutes par Ramis qui devient là fort intéressant. En effet, lors de la visite au musée afin d'emprunter l'urne sacrée, il fait preuve de respect, détermination et de courage! Le respect tout d'abord lorsque Ramis refuse à Alfred l'entrée au musée et la prise de l'urne par la force. Il essaye de négocier l'emprunt de l'urne, mais il tombe cependant sur deux Sylvidres, peu désireuses de laisser partir l'objet, étant donnée qu'il recèle une partie de la science très avancée de leur peuple! Ramis nous montre ensuite sa détermination de récupérer cette urne à tout prix et ce malgré toutes les Sylvidres qui gardent le musée. Le courage arrive en dernier lieu. Ramis part combattre une Sylvidre qui les poursuit, lui, Nausica et Alfred. Il la tue en la combattant seul à bord de son petit aviscoop. Chose relativement impensable dans les premiers épisodes, puisque Ramis est un homme de science, pas un militaire et encore moins un pirate! Mais pour combien de temps?

10 - La planète de l'amour: Sang-froid, sagesse et courage
Ramis est encore au premier rang de cet épisode! Décidément, Matsumoto le met à l'épreuve. On le découvre non seulement face aux Sylvidres, mais également à Albator! Albator lui demande de garder son sang-froid lorsqu'il lui demande de se ressaisir devant son état d'excitation. Il lui assène même une gifle magistrale [la 2ème de la série!] afin de le calmer face à sa folie de vouloir tuer toujours plus de Sylvidres! Albator lui demande également de faire preuve de sagesse! Oui, de la sagesse, lorsqu'il lui montre que l'Atlantis n'est pas de taille à lutter contre les Sylvidres [!!!] et qu'une attaque en force de leurs troupes verrait la fin du vaisseau! Le courage enfin, lorsqu'Albator annonce qu'ils sont la seule poignée d'hommes lucides de toute la Terre et que rien ne pourra jamais les arrêter de défendre cette magnifique planète où ils sont nés! !

11 - Les naufrageuses d'âmes: Confiance, naïveté et couardise
Albator [et par là, Matsumoto] met encore Ramis sur le devant de la scène dans cet épisode! Albator le met à l'épreuve en lui demandant de s'occuper d'Erosa, un officier Sylvidre d'une grande beauté. Albator sait bien que le jeune homme ne résistera et va tomber dans le piège que va lui tendre la Sylvidre. C'est néanmoins un apprentissage extrêmement dur pour le jeune homme qui passe presque pour le naïf de service n'étant jamais sorti de son labo! D'ailleurs, c'est ce que l'on retrouve dans la 2ème expression de l'épisode: la naïveté. Ramis en fait preuve jusqu'au bout puisqu'il libère la Sylvidre étant persuadé qu'il s'agit de sa maman! Les Sylvidres, par le jeu qu'elles font jouer au pauvre Ramis nous offrent là l'une de leurs odieuses facettes, j'ai nommé, la couardise, qui se révèle être totalement à l'opposé de l'une des valeurs que chérit Albator: le courage! Encore un épisode où l'on retrouve quelques unes des valeurs très chères à Matsumoto!

12 - Le complexe d'Œdipe: Détermination et courage
Dans cet épisode, Ramis est encore au centre des préoccupations d'Albator et de l'équipage de l'Atlantis. Il s'est laissé duper par Erosa, cette jeune et belle Sylvidre, qui l'a trompé en se faisant passer pour sa mère. Il se réfugie dans le passé [qui offre la sécurité et la douceur d'antan], et refuse d'affronter les dures réalités de la vie, et par là, d'affronter Erosa. Il mortifie même son corps [en refusant de manger] afin de se punir. Il parvient néanmoins à se défaire de l'emprise de la jeune Erosa en reprenant le dessus en se tirant lui-même hors de son mutisme, à force de persévérance. Il finit par venger l'utilisation de l'image de sa mère en éliminant Erosa, puisqu'il trouve indigne le non respect des morts.

13 - Une micro-poussière de temps: Amitié et affection
Dans la première partie de l’épisode, on découvre plus encore l’affection que porte Albator à Stellie. Albator n’hésite pas à poser son vaisseau au milieu d’une base militaire afin de passer un simple coup de fil à Stellie. La phrase « Tu me réchauffes le cœur » d’Albator à Stellie est encore là pour prouver toute l’affection qu’ils ont réciproquement l’un pour l’autre. Dans la seconde partie de l’épisode, le père de Stellie rend à Albator l’amitié que ce dernier a pour sa fille. En effet, le père de l’Atlantis sauve Albator et son équipage de la Sylvidre qui comptait les garder 100 ans dans son antre. Tochiro remercie ainsi Albator de tant chérir son amitié et de veiller sur sa fille. A la fin de l’épisode, Albator rend visite à Stellie qui lui avait dit qu’une fois sur Terre, il n’était pas très loin d’elle avec son grand vaisseau…

14 - Le piège des sable: Cœur pur et chantage
La gentillesse des enfants et la trahison des adultes sont les thèmes principaux de cet épisode. On découvre le cœur pur de Stellie qui soigne Vilak lorsqu’il se fait piquer par un scorpion, ainsi que son refus de laisser Albator éliminer Vilak pour avoir emmené Stellie dans le désert. Mais on découvre aussi la bassesse de Vilak qui emmène Stellie dans le désert pour arriver à éliminer Albator. L’utilisation des enfants, des otages en particulier, est bien traitée dans cet épisode qui semble dire : Arrêter d’employer d’autres humains pour arriver à vos fins. Arrêter de faire des otages et de faire du chantage !

15 - L'amour défendu: Tolérance
L’épisode raconte l’amour d’une Sylvidre pour Albator. Sous l’énigme principale de l’épisode, Matsumoto nous enseignerait-il et prônerait-il par la même occasion, une plus grande tolérance entre les races, que l’amour défendu n’existe pas ? Nous l’espérons sur ALBATOR2890 qui vous le savez, demande que tous les tabous raciaux, sexuels ou de n’importe quelle autre nature tombent, comme les masques des carnavals en fin de fêtes…

16 - L'îlot sacré: Famille, respect et trahison
On découvre dans cet épisode l’importance de la famille chère aux yeux des Japonais et à Matsumoto. Nausica, en se rendant sur la tombe de ses parents retrouve Roger, un ancien amour. Il est question de trahison puisque ce dernier exploite la tendresse qu’éprouve Nausica à son égard pour lui soutirer des informations pour le compte des Sylvidres. On voit aussi une fois encore Albator laisser les gens régler eux-mêmes leurs problèmes et refuser d’intervenir, à moins qu’il ne soit absolument nécessaire. Le respect de l’autre est à nouveau donc à l’honneur dans cet épisode.

17 - Quand la mort tient la barre: Bonté et famille
L’action met en avant une fois n’est coutume, l’un des hommes de l’équipage d’Albator. Il s’agit de Marisse, le chef mécanicien de l’Atlantis. Depuis longtemps, il souhaite retrouver le capitaine Tornadéo sous lequel il a servi. Il souhaite lui présenter des excuses pour sa conduite. En effet, le capitaine Tornadéo avait tué sa femme qui était une Sylvidre. Bien sûr, et comme c’est souvent le cas, Marisse arrive trop tard pour tenter de se faire pardonner ; Tornadéo est mort. Dans cet épisode, on découvre une fois encore la générosité de cœur d’Albator qui vole au secours d’un homme qu’il a autrefois combattu…

18 - L'ombre du souvenir: Famille quand tu nous tiens mais…
Oui, l’amour et les valeurs de la famille si chères à Matsumoto se retrouvent dans ce « double-épisode » qui met en scène encore une fois le chef mécanicien de l’Atlantis ; Marisse. Pour lui, la question ne se pose pas de savoir si sa fille est une Sylvidre ou pas, elle est juste… sa fille ! Pourtant, l’épisode prend une tournure radicalement différente lorsque Marisse s’aperçoit qu’il a été trompé. Il se libère le corps et l’esprit et c’est lui-même qui supprime l’image de sa fille qu’il croyait si naïvement avoir eut lorsqu’il était plus jeune avec sa « femme ». Oui, famille quand tu nous tiens mais attention aussi, famille quand tu nous mens !

19 - Le traquenard de la Reine: Détermination et crédulité
Dans cet épisode, on découvre le caractère acariâtre de Sylvidra qui ne supporte pas qu’on lui résiste. Elle cherche à tout prix à découvrir qui est le dernier homme d’équipage de l’Atlantis. Comme la reine Sylvidra, Albator veut aller au bout de ses pensées et découvrir ce qu’il cherche. On découvre aussi que le capitaine de l’Atlantis a peur, du moins, c’est ce que pense Clio. Oh pas pour lui, plutôt pour ses hommes. Ramis, quant à lui, doute que l’ordinateur de l’Atlantis soit un être à part, qu’il ait une âme. Pourtant, plus tard, il finira par le croire, lui aussi, tout comme Albator et Clio. On voit également que les Sylvidres sont certaines d’éliminer Albator et se croient les plus fortes. Pourtant, il ne faut jamais sous-estimer un adversaire, et le prendre de haut, comme elles le font. Elles l’apprendront à leurs dépends. A la fin de l’épisode, Sylvidra tente de passer un accord avec Albator qu’elle traite d’être orgueilleux, ce que bien sûr, notre corsaire n’est pas ! Il s’agit d’un être humain qui se bat pour défendre ses convictions. Albator est simplement lucide et il sait que la bataille est loin d’être gagnée.

20 - La planète des fleurs sauvages: Humilité, détermination et loyauté
Dans cet épisode, il est question de Clio et de sa planète natale. On y découvre que Clio est la seule survivante de la planète Jura. Les plantes s’étaient rebellées après la guerre nucléaire. Elles ont attaqué les habitants, les supprimant tous. Albator permet à Clio de se rendre sur sa planète afin de la revoir une dernière fois. Clio pense que peut-être, elle n’est pas la seule survivante. Les fleurs ramenées à bord empoisonnent tout l’équipage de l’Atlantis. En fait, les Sylvidres ont « programmé » les fleurs pour paralyser l’Atlantis. Etrangement, lorsque l’Atlantis se dégage de l’emprise des plantes, ce sont des cris de Sylvidres qui meurent que l’on entend ! On apprendra par la suite que ce sont les Sylvidres elles-mêmes qui ont organisé la révolution sur la planète Jura. C’est ce que pensait Clio et elle veut le découvrir. Elle devra se battre contre Georgia, une Sylvidre qui a pris les traits de sa meilleure amie. Clio est révoltée à l’idée que les Sylvidres ont détruit les habitants de la planète juste pour en faire un jardin de fleurs dédiée à la reine Sylvidra. On découvre ici une Clio pleine d’humilité. Elle parle de la solitude et dit préférer la présence de son pire ennemi à personne. « Il faut toujours avoir quelqu’un à qui consacrer sa vie, c’est pour cela que je resterais toujours près de toi Albator ». Et quant au capitaine au cœur d’or, il jure également qu’il fera tout pour que la Terre ne subisse pas le même sort que la planète Jura.

21 - Le testament: Magnanimité, courage et liberté
Nos amis rencontrent le capitaine Torus, de la planète T. qui a attaqué l’Atlantis afin d’éliminer Albator et l’équipage de l’Atlantis dans une mission suicide. Albator offre pourtant du vin à cet ennemi qui ne comprend pas ce geste. Mais il accepte et promets à Albator de lui rendre sa bonté. Torus quitte l’Atlantis en laissant de précieux renseignements à Albator sur les Sylvidres. A bord d’un mini vaisseau de combat, il va se jeter dans la bataille contre un gigantesque vaisseau Sylvidre. Torus meurt en héros sur le champ de bataille et Albator promet de le dire à ses fils. L’homme s’est racheté. Salve !

22 - La planète du néant: Dieu ?
Albator découvre la taille de l’Armada royale de la reine Sylvidra. Il est inquiet mais confiant dans son équipage. Albator annonce qu’ils vont aller livrer bataille contre l’armada. Il dit alors : « Mon Dieu, ce jour sera peut-être le dernier de notre vie ». En disant cela, il pense à Stellie. Ramis est impatient. Il ne pense qu’a se battre et le fait savoir à Albator qui lui annonce que rien n’est jamais définitif dans la vie. Il lui demande alors d’être patient, ce que la jeunesse ne sait pas toujours bien faire. Que le moment pour agir viendra et alors, ils agiront ensemble ! Finalement, Albator se demande si c’est Dieu ou le cœur de l’Atlantis (autrement dit Tochiro) qui les a sauvés du néant. Un épisode "ô" combien tourné vers les forces divines !

23 - Presque traître malgré lui: Fleur bleue, point faible et trahison (évitée de justesse)
Un épisode fleur bleue / point faible / trahison où l’on découvre Alfred en train de faire la cour à une jolie demoiselle mais aussi quelqu’un qui, qui en revoyant sa dulcinée en pensées, va presque trahir les siens. C’est l’état même dans lequel se trouve Alfred que les Sylvidres vont utiliser afin de lui soutirer tout ce qu’il sait (et il sait presque tout) sur l’Atlantis. Un épisode basé sur l’amour et la confiance que les hommes peuvent avoir les uns envers les autres. L’épisode sous-entend qu’il est facile d’abuser de quelqu’un lorsque ce dernier a un petit point faible ou est amoureux. Ou même pire, encore, les deux ! Albator, quant à lui, réitère sa détermination pour la liberté et sa volonté de se battre pour elle. "Quand je pense que j’ai failli trahir, je frémis !" (Alfred)

24 - L’étoile filante de l’amour: Courage, amour et liberté
L’Atlantis recueille à son bord Tolus et son amie Rubia. Tolus est le fils de Torus, décédé dans l’épisode « Le testament » en se battant contre les Sylvidres. Afin de le faire revenir, car la reine Sylvidra ne tolère pas les désertions, les Sylvidres décident de s’en prendre à la mère de Tolus qui est encore en vie sur l’un des vaisseaux de l’Armada Royal. Elles menacent de la torturer et de la tuer si Tolus ne revient pas. Les Sylvidres attaquent l’Atlantis mais Tolus s’échappe pour se battre, comme l’a fait autrefois son père. Il veut défendre l’Atlantis. Rubia, bien qu'elle soit une Sylvidre, est amoureuse de Tolus. A bord de leur petit vaisseau « L’étoile filante », ils vont se battre et finalement mourir en héros eux aussi !

25 - La chat perdu: Courage, tradition et fourberie
Suite à la mort de Tolus et Rubia, Albator veut définitivement projeter la reine Sylvidra dans les ténèbres. Le capitaine ainsi que tout l’équipage de l’Atlantis sont révoltés par la mort des deux enfants. Dans cet épisode, le docteur, habillé en habit de samouraï de ses aïeux, veut partir combattre les Sylvidres. Il a confié son chat à Suzanne, la cuisinière. Mais peu après le décollage, Suzanne appelle le docteur pour lui indiquer que Miaou a disparu. En fait, il a suivi le docteur dans son Aviscoupe. Le docteur se bat courageusement contre les Sylvidres. Mais ces dernières, lorsqu’elles se sentent perdues, envoient les vaisseaux de civils protéger leur fuite. Albator attaque le vaisseau sans le savoir. L’Atlantis attaque et touche le vaisseau des passagers. Les Sylvidres sont des êtres fourbes qui ne font que confirmer la volonté du capitaine de les combattre jusqu’à la fin !

26 - Le voyage du retour: Insensibilité, obstination et courage
Cet épisode se concentre presque exclusivement sur les Sylvidres ; leurs réactions, leurs confusions, leurs désirs de quitter l’armada royale. Certains civils cherchent à s’enfuir, et certains militaires ne veulent plus assurer leur sécurité. Une fois encore, les militaires Sylvidres s’abritent derrière les cargos de civils lorsque l’Atlantis se présente devant elles. Albator feint une ruse afin d’anéantir le vaisseau militaire. Les civils sont de plus en plus nombreux à déserter. Forcément, à les utiliser comme boucliers, ces derniers ne sont plus prêts à se sacrifier. Ils ne croient plus en la guerre menée par la reine Sylvidra. La reine, bien qu’obstinée et insensible, verse de temps à autre quelques larmes. Mais jamais personne ne les verra. Elle affirme que c’est elle qui protège l’Atlantis lorsque ce dernier est en grand danger, et ce, à des fins de continuer à galvaniser ses troupes. Intitulé « Le voyage du retour », cet épisode évoque le retour des Sylvidres chez elles, sur Terre !

27 - Le pouvoir de l’Atlantis: Détermination, rébellion et lâcheté
Cet épisode continue de parler des désertions de Sylvidres par nombre suite à l’attitude obstinée de Sylvidra. Mais l’’équipage de l’Atlantis est également épuisé, Albator ne s’en était pas rendu compte. Il doit faire face à l’armada qui est gigantesque et les hommes n’en peuvent plus nerveusement. Il essaie pourtant de les ménager. Dans cet épisode, Vilak est enfin confronté aux Sylvidres. Elles veulent des informations sur Albator et la raison pour laquelle il s’acharne à défendre la Terre. Elles découvrent qui est Stellie ; l’une des raisons de vivre du capitaine. Au début, la reine ne veut pas kidnapper Stellie car elle sait qu’Albator la traitera de lâche. Pourtant, elle n’aura pas le choix. De plus en plus de ses soldats se rebellent contre elle. Sur Terre, il en est de même pour Vilak qui comprend enfin son erreur. Il essaie de tirer Stellie des griffes des Sylvidres mais n’y parvient pas. C’est la première fois que l’on voit Albator pleurer. Il va demander à l’Atlantis de prendre les décisions qu’il faut pour lui…

28 - Aux confins de la nébuleuse: Chantage, ténacité et courage
Cet épisode (ainsi que le suivant) se concentre sur le rapt de Stellie. Est-ce qu’au travers de ces 2 épisodes, Leiji Matsumoto ferait état de son indignation par rapport aux enlèvements d’enfants (et d’ailleurs de toute personne ?). Le motif de ces enlèvements est toujours le chantage, bien sûr ! L’une des plus horribles forme de force utilisée par les hommes. Et la série ne fait pas exception à la règle. Ils permettent à l’armada royale de se débarrasser (quelques temps durant au moins) d’Albator ! La première escale que fait l’Atlantis est sur une très belle planète qui ressemble à ce qu’était la Terre autrefois ! Les enfants et l’équipage de l’Atlantis se reposent au milieu des îles. On pourrait presque croire qu’ils en ont oublié Stellie. Pourtant, la musique qu’elle joue avec l’ocarina est très présente. Et au travers des enfants qui s’amusent, Albator ne peut s’empêcher de voir Stellie. Et la volonté du capitaine de la retrouver est plus tenace que jamais. Albator laisse deux enfants sur la planète des Humains, ils sont les seuls rescapés après l’ouragan qui a tout détruit. Albator sait qu’ils rebâtiront, telle est aussi la force des hommes !

29 - La bataille de la planète de l’arc-en-ciel: Naïveté, fourberie et magnanimité
Tout le monde s’ennuie, tout l’équipage se noie dans l’alcool, les animaux y compris. La quête de Stellie est longue et nerveusement pénible pour tout le monde. En poursuivant un groupe de chasseurs Sylvidres, Ramis tombe dans un piège. Il se laisse charmer par le sourire espiègle et la gentillesse d’une petite fille Sylvidre. Les militaires Sylvidres vont même jusqu’à attaquer le village et tuer des civils Sylvidres pour que le scénario soit plus crédible. Pourtant, après avoir tiré sur Ramis, la petite Sylvidre regrette de l’avoir fait. Etrange de penser que les Sylvidres peuvent avoir des sentiments envers les hommes, mais ce n’est pas la première fois que cela arrive depuis le début de l’histoire ! Ramis est touché, mais il parvient néanmoins à sauver le capitaine. Albator est toujours aussi magnanime envers le jeune Ramis, qui a tenté d’agir de son coté et s’est laissé abuser. La guerre oblige-t-elle les hommes à mettre obligatoirement de coté leurs amours, leurs passions, leur propre personne et leur amis, comme le dit si bien Albator ? Sans doute ! Quelle perte de personnalité dans ce cas, pourtant, il s'agit là de la seule solution pour survivre aux évènements…

30 - Mon ami d’enfance: Nostalgie, honneur et amitiés
Épisode très nostalgique; musicalement parlant mais également pour Albator. Il relate la rencontre entre Tochiro, Emeraldas et lui-même. Et c’est dans une ambiance très « Gun Frontier » que se fait cette rencontre. On ne peut bien sûr relater celle-ci qu’après avoir vu la nouvelle série qui se déroule dans l’Ouest. Ici, chevaux, villes fantômes et le vrai Far West. Comme dans Gun Frontier! Albator et Tochiro se font capturer par le gouvernement mais ils rusent, et parviennent à détruire l’Everest, énorme vaisseau qui capturait les prisonniers. Les 3 deviennent finalement amis. Tochiro épouse alors Emeraldas. Puis Stellie naît de cet union… C’est bon d’avoir un ami d’enfance (Albator).

31 - La construction de l’Atlantis: Amitiés, égalité des sexes et nostalgie
La nostalgie est de nouveau au cœur de ce nouvel opus (le 31ème) qui forme avec l’épisode précédent « Mon ami d’enfance », ce que j’appellerais une sorte de « double épisode « . Le premier étant indissociable du second. Pendant que l’Atlantis se refait une beauté nécessaire après une grande bataille avec les Sylvidres, Albator ne peut oublier son ami d’enfance qui n’est autre que le père de Stellie et le constructeur de l’Atlantis. Chaque étape nécessaire à la réparation du vaisseau est prétexte à ces souvenirs. Nous découvrons les liens très forts qui unissent Albator, Tochiro et Emeraldas. Et Stellie n’est d’ailleurs pas étrangère à ces puissants sentiments. On découvre également ce que pense Matsumoto de l’égalité entre les femmes et les hommes. Emeraldas va se battre contre Vilak tandis qu’elle confie Stellie à Tochiro. Elle lui dit qu'il faut qu'il termine son travail qui n'est autre que la construction de l'Atlantis. On découvre également le départ de l’Atlantis qui n’est pas aussi spectaculaire que dans Albator 84. Pourtant, il sauve tous les hommes de la mort lorsque la planète de la Combination est détruite ! A la fin de l’épisode, Tochiro meurt. Il va, comme dans Albator 84, aller habiter le formidable ordinateur du vaisseau. Emeraldas accompagne Tochiro dans l’espace. On ne sait pas ce que deviendra la jeune femme. On imagine! Car jamais, on ne la reverra dans la série.

32 - Le piège de la planètes des tempêtes: Détermination, fourberie et liberté
Une grande confusion règne au cœur de l’équipage de l’Atlantis lorsqu’une avant garde de vaisseaux Sylvidres attaque la Terre. Les hommes veulent rentrer sur leur planète mais Albator n’a pas l’intention de revenir sans Stellie. Les hommes décident de continuer de se battre sous la bannière de la liberté. L’âme de Tochiro est très présente dans l’épisode. Elle sauve l’Atlantis et l’équipage de la destruction en reprenant le contrôle du vaisseau. Sylvidra se croit invulnérable. Elle sait qu’elle tient Albator éloigné de la Terre grâce à l’amour qu’il porte pour Stellie. Pendant ce temps, elle peut attaquer sans avoir à se battre contre le corsaire de l’espace. Pourtant, jamais Albator ni l’Atlantis n’abandonneront la petite fille ou la Terre aux mains des envahisseurs !

33 - Le sacrifice d’un homme: Nostalgie, rébellion et sacrifice
Dans cet épisode, Vilak commence son lent basculement vers Albator. Il tente de faire comprendre au Premier Ministre que les Sylvidres vont envahir la Terre. Pourtant, rien n’y fait. Vilak réalise son erreur. Dans un bar, il rencontre O’Bara, l’ancien amour de Suzanne, la cuisinière. Dans le passé, O’Bara a tué sa femme car il était persuadé que c’était une Sylvidre. Vilak tente d’aller se battre contre les Sylvidres mais il ne parvient même pas à recruter un pilote. O’Bara décide d’y aller seul. O’Bara et Suzanne échangent quelques mots qui ravivent le passé d’un temps heureux. O’Bara passe à l’attaque, seul contre la première flottille de vaisseaux Sylvidres qui approche. "C’est la douleur qui bien souvent, permet à l’homme de se surpasser et de réaliser l’impossible." (Albator).

34 - Le sauvetage: Clairvoyance, courage et amour
Clio fait preuve d’une clairvoyance impressionnante lors d’une bataille qui retient l’Atlantis prisonnier au centre de l’attraction de 2 planètes. C’est elle qui permet au vaisseau de se sauver en avançant une solution bien surprenante pour quelqu’un qui n’a jamais réellement participé à aucune bataille depuis le début de l’histoire. Etrange ! Comme quoi les êtres humains sont capables de bien des choses, lorsqu’ils le veulent vraiment. Albator a enfin retrouvé Stellie. Sylvidra dit de lui qu’il est invulnérable. Stellie est traumatisée par l’enlèvement. Elle ne fait que jouer de l’ocarina, ce qui a pour conséquence de rendre fou l’équipage. Albator prend de force l’ocarina des mains et de la bouche de Stellie. Mais il cède à la petite fille. C’est alors l’âme du vaisseau et donc le père de Stellie qui va s’en occuper. Il lui apporte l’amour dont elle a besoin pour oublier l’aventure du rapt.

35 - La mystérieuse évasion: Compassion, courage et bonté
Vilak se fait arrêter pour complot contre le Premier Ministre. Jasmine, la secrétaire du Premier Ministre qui n’est autre qu’une Sylvidre, réussi à faire évader Vilak de la prison. Elle le soigne car il a été touché. Une étrange amitié s’installe alors entre eux. Une amitié intéressée, peut-être?! Pendant ce temps, sur l’Atlantis, Stellie ne veut plus redescendre sur Terre, elle veut rester avec Albator. Vilak demande à Albator d’emmener Jasmine sur son vaisseau. Et même si Albator a des doutes sur elle, il l’a prend tout de même à son bord. Mais la jeune femme n’a t-elle pas de mauvaises intentions contre l’Atlantis ?

36 - Le loup dans la bergerie: Sixième sens, séduction et trahison
Jasmine se fait vite des amis parmi l’équipage. Elle est charmante mais n’est-elle pas une espionne à la solde de la reine Sylvidra ? Bien sûr ! C’est le cas. D’ailleurs, le titre de l’épisode est sans équivoque à ce sujet. Et il s’agit là d’un nouveau plan de la reine pour détruite l’Atlantis et Albator. Le capitaine est bon. Il ne veut pas soupçonner la jeune femme sans preuve. Clio est pourtant formelle, c’est une Sylvidre. Elle le sent ! La reine Sylvidra demande à Jasmine de séduire Albator pour savoir ce qu’il a dans la tête. La jeune femme feint une faiblesse afin de le manœuvrer mais Albator est bien trop intelligent pour se laisser berner ! Elle n’obtiendra pas ce qu’elle souhaite mais la reine Sylvidra en prendra pour son grade ! On commence à entrer dans la phase finale des combats qui ne vont que s’intensifier. Quant à la reine Sylvidra, elle découvre enfin qui est le 42ème homme d'équipage de l'Atlantis...

37 - Le sacrifice: Traîtrise, amour et bonté
Albator et l’équipage savent à présent que Jasmine est à la solde de Sylvidra. Ils la laissent pourtant libre d’aller à sa guise dans le vaisseau. Mais il s’agit d’un piège pour la faire tomber. D’ailleurs, la reine Sylvidra a bien compris que son espionne était découverte. Malgré son attaque contre l’équipage et le capitaine, Albator lui laisse la vie sauve et mais lui ordonne de quitter l’Atlantis. Il l’a sauve ensuite des griffes des Sylvidres qui veulent la supprimer. Finalement, elle le provoque en duel afin de mourir de ses seules mains, car elle était amoureuse de lui. Une sylvidre amoureuse d’un homme ! Ce n’est pas la première fois, il y a eu bien d’autres histoires. A chaque fois, dans un but bien précis et calculé de vengeance, trahison ou méfait. Hors cette fois-ci, il semble que l’amour était bien concret. Mais peut-on réellement savoir avec les Sylvidres ??? En tout cas, le titre de l'épisode est à propos. En tout cas, c'est un sacrifice de taille que fait une Sylvidre pour une fois et surtout envers un homme...

38 - Le départ pour la mort: Confiance, fainéantise et stupidité
L’Atlantis prends la décision de rentrer vers la Terre, car c’est là que se trouve Stellie. Et le vaisseau parvient à ramener l’équipage avant les vaisseaux Sylvidres. Albator fait confiance à Vilak qui remmène Stellie en Egypte afin de la protéger. Albator sait à présent que Vilak a beaucoup changé. Les Terriens capitulent tous devant l’invasion des Sylvidres, ce qu’Albator avait prédit bien sûr. Et même au plus fort de l’invasion, le premier ministre se demande encore s’il va perdre les prochaines élections. Hallucinant de stupidité ! Pour la seconde fois, Albator fait voir le grand ordinateur de l’Atlantis à Stellie. Il lui dit enfin que c’est son père. Forcément, Stellie ne veut plus quitter le vaisseau mais Albator ne peut pas l'emmener dans la guerre qu'il se prépare à livrer. Finalement, l’Atlantis part donc se battre contre le vaisseau de la reine Sylvidra, ce qui ressemble fort à un départ pour la mort, ce qui est le titre de l’épisode.

39 - La revanche de Vilak: Bonté, courage et sacrifice
Comme l’indique le nom de cet épisode, Vilak va faire son mea-culpa. Enfin ! Il est à bord de l’Atlantis et demande à Albator de combattre les Sylvidres à ses côtés. Il apprend que les enfants dont il s’était occupé en Egypte ont tous donné leur sang pour le sauver lorsqu’il était blessé. Vilak défendra l’ordinateur du vaisseau en donnant sa vie. Il sauve ainsi Ramis et Alfred des Sylvidres. Il rachète ses fautes en éliminant les assaillants. Il fait ainsi preuve de beaucoup de courage en se battant seul contre toutes les Sylvidres. Ses dernières images seront pour sa petite sœur, Stellie et Albator.

40 - Et les anges se mirent à chanter: Bonté contre fourberie
L’atmosphère des 3 derniers épisodes semble plus sombre que tout le reste de la série. Sans doute est-ce les voix de la série qui sont toutes beaucoup plus graves, plus vieilles tout simplement. Les images sont plus obscures aussi. Et la nouvelle musique « Albator 2000 », qui commence pratiquement dès le début de l’épisode, donne, elle aussi, le ton. Résolument plus toniques dans leur ensemble, les 3 derniers épisodes vont sceller la série. Albator prépare l’équipage à la plus difficile des batailles. Comme d’habitude, les militaires Sylvidres, qui sont des êtres particulièrement fourbes, s’en prennent par trois fois de manière sournoise à l’Atlantis. Elles ne savent pas ce qu’est l’honneur. Albator, lui, était prêt à donner des médicaments à ses pires ennemis. Il porte même secours à un vaisseau civil en permettant à une femme Toga d’accoucher à bord de l’Atlantis. "L’esprit des humains est encore primitif !" (La conseillère de la reine Sylvidra). Ce que croient les Sylvidres, mais jamais elles ne comprendront les hommes ! Ce qui les conduira d'ailleurs à leur perte.

41 - Albator contre Sylvidra, le duel à mort: Audace et honneur contre accusation
Cet épisode, comme le précédent, est très sombre. La bataille semble d’ores et déjà perdue contre l’énorme vaisseau de la reine Sylvidra. Les Sylvidres se sacrifient en se crashant contre l’Atlantis. Tout pour sauver leur reine ! L’atlantis est touché par les cannons du vaisseau de la reine. Albator décide alors de se coller au vaisseau royal afin qu’il ne puisse plus l’attaquer. L’équipage se lance alors dans les couloirs du vaisseau de Sylvidra afin de les attaquer de l’intérieur. La manœuvre ne manque pas d’audace. Mais elle est également suicidaire. Pourtant, Albator n’hésite pas un instant. On apprend enfin presque toute la vérité sur les Sylvidres et Sylvidra… La reine accuse Albator d’avoir détruit l’avenir des Sylvidres. Mais il est si facile d’accuser les autres de son malheur, de son désespoir ou de son échec ! Mais finalement, Sylvidra et Albator se battent pour la Terre. Elle reviendra au vainqueur. Bien sûr, c'est Albator qui gagne... "La patrie de la nation éternelle des Sylvidres." (Sylvidra à propos de la Terre).

42 - Adieu le hors-la-loi de l'espace: Destruction contre reconstruction
L’atmosphère du dernier épisode, comme les deux précédents, ont ce côté noir, terriblement sombres. Les images le sont, la musique aussi, les voix également. Après la terrible bataille contre les Sylvidres et la défaite de la reine Sylvidra, Albator redescend sur Terre. Mais les Terriens ne veulent pas entendre parler de lui et de son équipage malgré leur victoire sur les Sylvidres. Le premier ministre est toujours aussi STUPIDE. C’en est affligeant ! Tandis que la neige blanche, pure et belle tombe sur la ville, ses troupes sur Terre passent à l’action. Car en réalité, seule la reine a accepté de partir ! L’offensive est terrible. Elles détruisent tout sur leur passage et se rendent maîtresses de la Terre en quelques heures. Albator retrouve Stellie. L’Atlantis parvient tout de même à annihiler les Sylvidres et la terrible sphère noire. Le courage des hommes parvient à démarrer la reconstruction du monde. Clio suit Albator, elle le fera jusqu’à la fin…
Que dire de ce dernier épisode; qu'il résume l'intégralité de la série ? Oui, bien sûr, car on y retrouve toutes les caractéristiques rencontrées au long de tous les épisodes; l'amour, la honte, la joie, la peine, la liberté, la trahison, la nostalgie, la vengeance, la fainéantise...

 
 
   
     
 
 
ALBATOR2980
Copyright © Leiji Matsumoto
 

graphic & web design : Albator2980